Trier et désencombrer les objets sentimentaux

Le mois dernier j’ai reçu un commentaire sur le blog qui méritait bien un article en réponse. Voici les questions qui m’ont été posées :

“Mon problème pour désencombrer :

– que fait-on des cadeaux que l’on n’utilise pas ? J’ai du mal à m’en débarrasser..
– que fait-on de nos cours de Fac d’il y a un peu plus de 10 ans que l’on garde au cas où ” j’ai besoin de réviser pour changer de boulot “(math fi, économie, compta,)et de mes formations professionnelles au cas où j’ai du temps où un trou de mémoire. …
– de mes livres d’ados préférés  (ma fille les aimera peut être?)
– de nos dictionnaires en double (chacun veut garder le sien; ( Mais le mien est mieux 😉 …)
– des magazines qui ont des articles supers que je n’ai toujours pas pris le temps de lire ;
-des cadeaux faits par Mamie ou Tatie quand jétait petite ( ça me prend + de 2 boîtes. ..)
-mes 2 boîtes de courriers de copines, de cartes d’anniv et de vacances???

Besoin d’espace certes mais pas facile de jeter et pas de grenier à disposition (ça aurait été vraiment sympa!)
Solution apprendre à se détacher de ses objets et jeter sans se prendre la tête. C’est posssssible ?????”

La gestion des objets à valeur sentimentale est un sujet bien compliqué ! Je vais aujourd’hui vous donner mon opinion. Mais gardez bien à l’esprit que cela n’engage que moi et qu’il faut avant tout vous écouter. Si la pensée de vous séparer d’un objet est un crève-cœur, surtout gardez-le !

comment gérer les objets sentimentaux

Les cadeaux

Il n’est pas facile de gérer ces fameux cadeaux offerts souvent avec amour mais qui ne sont pas à notre goût ou dont nous n’avons aucune utilité. Et c’est encore plus difficile lorsque le cadeau en question est fait main ! Doit-on les garder à la cave et les ressortir quand la personne qui nous les a offerts nous rend visite ? Ou s’en débarrasser sans état d’âme ? Il n’y a aucun code moral qui oblige à garder un cadeau qui ne vous plait pas, ne vous correspond pas, va à l’encontre de vos valeurs ou ne vous est pas utile. Vous pouvez en faire don à un autre membre de la famille, le vendre ou le confier à une association caritative.

Mais si vous avez peur de le blesser, il peut être utile d’en parler au préalable avec le “donateur”.  On n’offre pas un cadeau pour qu’il devienne un fardeau et je suis sure qu’il sera compréhensif. Il y a des chances pour qu’il ait totalement oublié qu’il vous l’ avait offert.
Si vraiment le donateur se vexe, demandez-lui de vous expliquer, il y a surement des raisons sentimentales derrière cette réaction. Peut-être voudra-t-il reprendre son cadeau ? Cette discussion vous permettra également de mieux vous connaitre et peut-être que le prochain cadeau vous conviendra parfaitement !

Enfin si le cadeau est récent, essayez de l’échanger.

Les souvenirs d’enfance

Que ce soient de vieux jouets, nos livres d’enfance favoris, nos premières lettres d’amour, les premiers chaussons de bébé, il est difficile de se séparer de nos souvenirs d’enfance. Mais la réalité est là : on ne peut pas tout garder. Combien de fois par an vous replongez-vous dans ces souvenirs ? rarement, je suppose. Je conseille de limiter ces souvenirs à une boite par personne (je vous laisse le choix de la taille ;-). Ainsi, à la maison, j’ai créé une boite de souvenirs pour chaque membre de la famille. Lorsqu’elles commencent à trop se remplir je fais un peu le vide. Vous pouvez aussi prendre en photo les objets qui vous sont chers et en créer un album numérique ou un album photo physique bien moins encombrant.

Les “juste au cas où” / “quand j’aurais le temps”

Par exemple : vous possédez une tente dans votre garage depuis 10 ans alors que vous ne campez jamais mais vous êtes persuadés qu’elle pourra servir un jour. Mon avis : il y a peu de chance que cela arrive. Et même si c’était le cas vous pourrez toujours la racheter d’occasion ou l’emprunter à quelqu’un.

Les exemplaires multiples

Dans le cas des exemplaires multiples, réfléchissez : en avez-vous tous une utilité ? Pourquoi en avez-vous autant ? Personnellement je me suis fixée une limite de deux exemplaires pour mes objets identiques multiples. Au-delà je considère que c’est de la collection. En général j’arrive à m’auto-discipliner sauf pour les carnets, je suis accro 🙁

Les objets à gérer plus tard

Vous gardez des livres ou des magazines à lire plus tard ? Vous avez des objets que vous devez réparer ? Fixez-vous une date limite (dans 3 mois par exemple) dans votre agenda et si vous ne l’avez toujours pas fait dans ce délai, demandez-vous si vous allez-vous vraiment le faire un jour. Peut-être pouvez-vous déléguer cette tâche ?

 

De manière générale, lorsque je fais du tri j’aime me poser cette question souvent répétée dans leur podcast par The Minimalists : est-ce que cet objet apporte de la valeur dans ma vie ? Par valeur, j’entends utilité pratique, de la joie, une valeur émotionnelle positive.
Pensez à tout ce temps nécessaire pour entretenir, réparer, nettoyer, ranger vos possessions! La vie est trop courte pour accorder autant de temps à des objets sans réelle utilité ou que vous n’appréciez pas. Après tout, les objets n’ont de valeur que celle que l’on veut bien leur donner…

Merci à ma lectrice pour sa question ;-).

Bon tri !

PS : ps si vous souhaitez aller plus loin en matière de désencombrement, je vous invite à lire ces précédents articles :
Une technique qui m’a beaucoup aidé pour désencombrer
Ces objets dont vous pourrez vous débarrasser sans regret
Que faire des objets dont vous ne voulez plus.

Partager:

10 Commentaires

  1. Poussinmadikera
    2 mars 2017 / 8:55

    Effectivement un déclic, une réflexion, un renoncement… Moi c’était photos, tickets de train et autres écrits de mon ex… Au bout de 4 ans, un premier janvier, j’ai tout mis dans une bassine en fer blanc et j’ai craqué une allumette 😉 J’ai passé le cap.
    Avec ma fille de 7 ans, on a trié ses dessins depuis qu’elle a commencé à dessiner. Je lui ai dit de garder ceux qu’elle aimait, qui lui rappelait de bons souvenirs. Elle est passé de 3 pochettes à une même pas remplie.
    Quant à déléguer la tâche, c’est le budget qui me manque (peinture des chambres 😉 )

  2. Patricia
    16 mars 2017 / 9:57

    Bonjour, 2 ans que je travaille sur le desencombrement et avec beaucoup de mal. Mais je m’améliore et votre blog tombe à point. J’ai 53 ans un mari et 2 grands enfants étudiants et j’ai par ailleurs commandé votre livre. Je me reconnais trop. Affaires de mon adolescence, celles des enfants, souvenirs des grands mères et toutes mes affaires personnelles. Un vrai cas mais non désespère. Merci.

    • Sabine
      Auteur
      21 mars 2017 / 6:33

      Bonjour Patricia ! Je vous félicites et vous encourage. Le process est long mais en vaut la peine 🙂

  3. Cathy
    27 mars 2017 / 4:10

    Aloha!
    Petit message suite à notre rencontre de samedi sur l’événement “Speaking Agency” 🙂 Bravo pour ce blog : c’est une petite mines d’info et d’astuces!
    Je m’abonne!

    Catherine

    • Sabine
      Auteur
      6 avril 2017 / 10:22

      Bonjour Catherine, quel plaisir de te lire. J’ai été ravie de te rencontrer. A bientôt j’espère !

  4. Madeleine
    3 avril 2017 / 4:25

    Bonjour,
    J’ai tilt sur les fameux “cadeaux” offerts. Perso, je n’hésite pas à dire à mon entourage que je souhaite qu’ils arrêtent de me faire des cadeaux. Malheureusement, on est formaté à offrir des cadeaux, qui souvent sont inutile, juste parce que nous avons été formaté ainsi. Et sin on souhaite vraiment offrir un cadeau, autant offrir une séance de soin/un bon d’achat pour une librairie/pour un voyage/un paquet de cigarette si la personne fume/un plein d’essence/un paquet de couche pour bébé/un dîner au restaurant, enfin quelque chose qu’on est sur qui fera plaisir à la personne et qu’elle utilisera.
    Après, pour les fameux cours, c’est pas facile, mais depuis que j’ai viré tous mes cours et tout ce que je gardais parce que untel me l’avait offert, je n’ai jamais ressentie un manque, bien au contraire, un vrai soulagement,

    Alors bon courage pour ceux qui font le tri.

    • Sabine
      Auteur
      6 avril 2017 / 10:46

      Bonjour Madeleine et merci pour ton témoignage. Je suis d’accord avec toi, j’en parlais encore à mon mari ce matin de cette société qui nous fait croire que le seul moyen de démontrer son amour est d’offrir un cadeau. Les expériences et le temps consacré ont à mes yeux beaucoup plus de valeur.

      • Madeleine
        11 avril 2017 / 4:30

        Ah oui. Et bien je pense “vivement que la société ouvre les yeux et se concentre sur les choses essentielles”

  5. Marie-Ève
    7 juin 2018 / 5:28

    Bonjour Sabine :)! Trier et désencombrer les objets sentimentaux… Voilà bien mon problème!

    Pour moi, pratiquement tout est sentimental; j’ai 28 ans et j’ai passé ma vie à accumuler les choses sans être capable de m’en départir (vêtements, papiers, factures de restaurant, emballages de chocolats, stylos qui ne fonctionnent plus, etc.)… J’ai une pièce de mon appartement qui sert uniquement à entreposer des choses (des milliers de petits et gros objets pêle-mêle dans des tiroirs et des bacs), et si malgré cet encombrement je réussis à garder un intérieur relativement ordonné (la moitié du temps disons), c’est bien grâce à ma motivation à avoir un bel espace de vie et à mon intérêt pour tout ce qui a trait aux techniques de rangement.

    J’ai lu de nombreux livres sur le rangement et le désencombrement (j’ai d’ailleurs acheté ton petit livre “Je range ma maison et je m’organise” 🙂 ), je me suis grandement informée sur ces sujets, sur les nombreuses techniques de désencombrement et de rangement, les innombrables bienfaits sur la santé psychologique, sur le stress, sur la gestion du temps, le budget, la santé physique, etc… Mais malgré tout cela, je n’arrive pas à me départir de mes choses. Les arguments “logiques” que j’entends ou que je lis, tous plus sensés les uns que les autres (j’en ai parfaitement conscience), ne fonctionnent pas avec moi. Les livres que je lis sur le sujet m’aident tout de même, certes, ils m’aident surtout à garder ma motivation et à mieux ranger ce que je possède, mais les techniques de tri et de désencombrement ne fonctionnent juste pas avec moi. Et pourtant, j’aimerais tellement, tellement que ça fonctionne… Mais le fait d’imaginer donner mes vêtements (même ceux que je ne porte plus depuis 10 ans, même si j’ai conscience que ça pourrait être plus utile à d’autres) m’angoisse beaucoup trop, et me fait ressentir beaucoup de culpabilité. Pareil pour les papiers et tout le reste. Ce n’est vraiment pas pratique. Me départir de mes choses.. Ça me donne l’impression de me défaire d’une partie de moi-même, littéralement. Ça me donne l’impression d’abandonner mes objets, surtout si je ne peux pas savoir où ils vont finir. Je ne me sens vraiment pas bien avec ces sentiments. Et même s’ils ne font pas de sens ou peuvent sembler idiots ou signe de caprice pour certains, ces sentiments sont bien réels pour moi. Je suis prisonnière de mes possessions et j’en ai conscience, mais je ne sais pas comment me défaire émotionnellement de mes choses.

    C’est sans doute beaucoup demander, mais aurais-tu quelques conseils pour moi, qui pourraient m’aider au moins un peu en ce sens? Comment me sentir moins angoissée et moins coupable à l’idée de donner/jeter mes choses? Me sentir en paix avec cela? (En fait j’ai cru comprendre, au fil de mes lectures, que mon genre de problématique nécessite une aide professionnelle, malheureusement je ne crois pas qu’une telle aide spécialisée existe dans la petite région éloignée où j’habite).

    Merci d’avance, et merci pour ton blog, et ton petit livre, puisque c’est ce genre d’outil qui me permet d’en apprendre toujours un peu plus, de m’améliorer un peu, de garder ma motivation, et de garder espoir. C’est déjà beaucoup, dans mon cas.

    Bonne journée, et bonne continuation dans tes projets!

    Marie-Ève

    • Sabine
      Auteur
      13 juin 2018 / 9:00

      Bonjour Marie-Eve, merci pour ce message assez émouvant pour moi. Je suis honorée de pouvoir vous aider un peu grâce à mes écrits. Cela dit je pense que vous avez besoin d’un vrai accompagnement par un coach. Je comprends que vous n’avez peut-être pas ce type d’aide près de chez vous alors peut etre sur internet ou un spécialiste en psychologie pourront vous aider à commencer ce travail à réévaluer votre rapport aux objets ?

Un commentaire, une suggestion? J'ai hâte de discuter avec vous!

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.